L’histoire dont VOUS êtes le héros…

On va faire un jeu…

Si t’es trentenaire (au moins), t’as connu « le livre dont vous êtes le héro ». 08_marais_scorpions

Et bien là, c’est presque pareil… Tu suis les histoires, et les petits numéros…

Si t’as un esprit hyper critique, tu trouveras mon texte plein de clichés (sache que je les assume pleinement). Si t’es un peu ouvert, tu y verras sûrement… Des archétypes…

Alors voilà. T’es un(e) ado de 15 ans.

Ou plutôt, tu vas fermer les yeux, et te rappeler de qui tu étais à 15 ans. Pendant 1 minute. Prends la peine, s’il te plaît, de te rappeler de qui tu es (étais) à 15 ans. Tu peux prendre un papier et un stylo, et noter ce qui te vient à l’esprit. C’était il y a 5 ans… 10 ans… 20 ans… ou plus… Souviens-toi.

Maintenant, tu vas lire ces 3 textes… Après leur lecture, tu choisiras celui qui touche le plus le Toi-à-15-ans. Même si ta vie n’avait alors RIEN à voir avec ça…

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Premier texte… Tu es A.

« Heureusement que M. Emorane ne m’a pas interrogé(e) car cette fois-ci, je n’avais pas appris ma leçon. Enfin j’aurais pu me débrouiller, mais la honte de ne pas connaître les détails ! Ce cours de violon, le lundi soir, me prends vraiment beaucoup d’énergie. Il me prend de l’énergie et m’en donne en même temps. Je suis accro. Maintenant, il faut que je fasse mon devoir de maths pour jeudi. Je me donne 13 minutes.

Quand je pense à la soirée prévue samedi prochain…

Arfff j’aurai bien le temps d’aller à toutes les soirées lorsque j’aurai réussi mon bac. Il paraît que c’est du grand n’importe quoi en Médecine. Mais… peut être que je ne serai pas invité(e) non plus ? Les boules… En attendant, je n’imagine même pas la réponse de papa si je lui demandais la permission de sortir ce week-end ! Enfin de toutes façons, je ne suis pas invité(e). Comme d’hab. Et puis il y a cette audition de violon en duo avec Annabelle au piano. C’est mercredi prochain. Il faut que je sois en forme ! »

Si ça te parle, RDV en 1)

Second texte… Tu es B.

« Putain, mais c’est toujours moi qu’il interroge ce connard de prof. J’comprends pas, il peut pas me sentir. Encore un putain de 0. Génial. J’m’en fous, je redouble cette année. Je bosserai mieux l’année prochaine. Et puis sinon j’irai en CAP, j’m en fous. Je me demande si tout le monde apprend toujours ses leçons. C’est pas possible, si je faisais ça, je ne verrais plus personne ! Oh ça me saoule… Un putain de 0 ça va vachement me faire baisser la moyenne ça.

Bon qui est invité samedi soir ? Il faut peut-être que je prévois de ramener un peu de beuh au cas où. Mais comme j’en n’ai plus, je dois aller voir Cyril après les cours.

Arff il y a le devoir de maths aussi pour jeudi.

Je le ferai en rentrant. Je serai peut être plus inspiré(e) après m’être défoncé(e). Au point où j’en suis. »

Si ça te parle, RDV en 2) (et ne t’inquiète pas, personne ne le saura)

Troisième texte… Tu es C.

« Tout est ok. Ce n’est pas sur moi que c’est tombé, cette fois… M. Emorane abuse un peu de toujours s’en prendre à B. De toutes façons je connais ma leçon. Je kiffe la période de la Crise de 29. D’ailleurs il faut que je finisse Les Raisins de la colère. Ce bouquin m’inspire des peintures de ouf. Voilà, après le devoir de maths (je vais encore galérer, mais bon…), j’ me roule un pète, je lis une trentaine de page, et ce soir je peins.

J’ai finis l’organisation de la soirée de samedi : les musiques, les invités, le choix de mes sapes… J’espère qu’il n’y aura pas d’incruste ! Je ne sais pas comment je pourrais gérer… Ah je vais inviter A. cette fois… j’imagine qu’il(elle) ne viendra pas, mais je l’aime bien. »

Si ça te parle, RDV en 3) (et personne ne le saura non plus)

Quatrième texte, tu es D.

J’aurais bien voulu que M. Emorane m’interroge. Mais apparemment il s’en prend surtout à B. Je suis un peu stressé(e) avec cette compétition mercredi. Et celle de dimanche. Ce devoir de maths pour jeudi. Çà va, je gère, mais je n’ai tellement pas le temps. Il faut aussi que je dise à C. que je ne pourrai pas venir samedi soir… Lui (elle) qui comptait tellement sur mon aide pour la préparation. Mais là, je ne peux pas être au four et au moulin. Ou peut être que si ?

J’ai une boule au ventre.

Je vais aller courir, ça va me faire du bien.

La vache, il faut aussi que je demande à maman de m’emmener à Pegreville pour la compèt’ de dimanche puisque les parents de Manon se sont désistés.

Courir, je vais courir.

(j’ai dû raccourcir celui-ci…)

°° Je vais demander à maman de nous emmener dimanche … RDV en 7)

°° Je vais surtout chercher à prendre les transports, même si ça doit mettre 3 h de plus. RDV en 8)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

1) « Ouaah, j’ai été invité(e) !! C’est presque la première fois !! j’aimerais bien y aller. En même temps je ne sais pas. Je risque d’être seul(e) toute la soirée. Je ne vais tout de même pas apporter mon violon (uh uh uh). J’hésite… Qu’est ce que papa va dire si je lui demande ? Que va-t-il penser de moi ? Mais j’aimerais tellement, tellement ! Voilà papa qui rentre du travail. Je ne sais pas si je devrais lui parler de ce qui se passe, là ! J’ai tout de même été invité(e) à une soirée ! Même si je n’ai pas envie d’y aller, c’est juste ouaah ! Je suis tellement content(e) qu’il m’est difficile de me concentrer sur ce devoir de maths. J’y suis depuis 8 minutes et je n’ai pas fait la moitié. Je pense trop. Je suis tellement excité(e) ! »

°° Je décide de ne rien dire. Je n’irai pas à cette soirée quoi qu’il en soit… Un jour, peut être… RDV en 8)

°° Je vais parler à papa… RDV en 4)

2) « Impossible de trouver Cyril. J’avais pourtant vraiment besoin d’acheter un ou deux sachets de beuh (d’herbe… NDLR). Je réessaierai tout à l’heure. Il fait chier, il m’avait dit qu’il serait là… Tiens maman est rentrée du taf.

°° Je vais aller me risquer à lui raconter ma journée. RDV en 5)

°° Je vais fumer un joint, j’irai lui raconter ma journée plus tard. Ou pas. RDV en 8)

3) « Bon, il me reste juste une chose à régler… persuader papa et maman de ne rentrer que le lendemain soir, histoire d’avoir le temps de ranger le bordel… Pas si simple. Peut être que je ne vais rien dire. Je me lèverai alors aux aurores pour me taper le ménage. Ou mieux, je ne dors pas. J’attends que tout le monde soit parti. Arff avec la semaine de dingue qui suit, je préfèrerais me sentir en forme. Voilà papa…

°° J’ose lui demander. RDV en 6)

°° Je me tais… RDV en 8)

4) L’échange avec papa…

Tu es arrivé là. Cela signifie que tu oses la confrontation. Ou que t’es joueur. Ou que t’es déjà allé en 8) et que t’es curieux. Donc maintenant, lis chacun des dialogues tels qu’ils pourraient se dérouler. Il y plusieurs propositions. Tu n’es pas obligé de t’en référer à des modèles connus/vécus. En revanche, note (en vrai ou dans ta tête, personne ne vérifiera) comment tu te sens à la fin de chacun de ces échanges. Note toutes tes émotions, tous tes ressentis…

°° se déroule ainsi

« – Bonjour papa ! T’as passé une bonne journée ?

– Oui, une journée parfaite, merci !

– Tu sais ce qui m’arrive ?

– J’espère que t’as pas eu une note en-dessous de 14 au moins ?

– Nan nan ne t’inquiète pas.

– Ok. Tu me laisses arriver et prendre une douche s’il te plaît ? T’as un peu bossé pour l’audition de mercredi prochain ? Tu sais, je n’ai pas pu me libérer. Mais maman prendra le camescope.

– Papa, c’est vraiment important ce que je veux te raconter !

– Ok vas-y, pendant que je range mes affaires.

– Tu sais, il y a une soirée samedi, chez C.

– Peu importe, j’imagine que t’es pas invité(e), alors que veux-tu me dire ?

– Et bien de toutes façons, je n’avais pas du tout envie d’y aller, mais SI, j’ai été invité(e) ! Tu te rends compte ? C’est extraordinaire ?

– Extraordinaire de quoi ? D’aller dans une soirée alcoolisée avec des cas-sociaux tous plus bêtes les uns que les autres ?

– Bah … d’être avec les autres, quoi.

– Les autres quoi ? T’as des amis que je sache ! Il y a un temps pour tout. Tant que tu n’as pas 18 ans, tu es sous notre responsabilité, et notre autorité. Donc il n’est pas question que t’ailles avec les idiots qui boivent de la bière et qui prennent sûrement de la drogue. Je les connais, moi, hein. Les jeunes de ton âge. La discussion est clause. Je ne veux plus entendre parler de ta beuverie.

– Mais je ne voulais pas y aller, c’est juste que…

– Bien-sûr que si, tu veux y aller. Sinon tu ne m’en parlerais pas.

– Non, je te promets que…

– Je perds patience. Je monte prendre une douche. J’espère que t’as terminé tes devoirs et que je vais t’entendre répéter pour l’audition… Tu sais, tout ce que je te dis, là. C’est pour ton bien. Pour ton avenir. »

°° ou ainsi…

« – Bonjour papa ! T’as passé une bonne journée ?

– Oui, une journée parfaite, merci ! Et toi ?

– Oui, j’ai eu une bonne nouvelle !

– Ah ? Quelle est cette bonne nouvelle ? Tu as été sélectionné(e) pour le concours national de BD scolaire ?

– Non, enfin on n’a pas encore les réponses. Non, j’ai été invité(e) à une soirée samedi soir !

– Une soirée de quoi ? Une soirée Ciné avec Elsa et David ?

– Non, une soirée, où on écoute de la musique, et on danse.

– Ah une « boum » ! Et t’as envie d’y aller ?

– Heu, je sais pas trop.

– Tu sais, il faut faire attention à ton âge. Garder des forces pour les études. C’est le plus important. Je ne suis pas sûr qu’une boum te fasse du bien.

– Tu as sûrement raison. Mais je me sens flatté(e) d’avoir été invité(e) !

– Je pense que tu as mieux à faire qu’aller avec ces jeunes qui ne sont même pas tes vrais copains, tu sais… Tu connais du monde qui y va ?

– Et bien, il y a pas mal de mes camarades de classe, et certains d’autres classes.

– Tu sais, quand tu auras 18 ans, que t’auras ton bac, tu pourras choisir tes sorties… Tout ce qui compte, c’est ce diplôme. Maman et moi, nous ne voulons pas que tu gâches ton énergie pour rien. Surtout que nous ne connaissons pas les camarades qui seront là-bas… Je monte prendre une douche… Tu as bossé pour l’audition ?

°° Ou ainsi…

« – Bonjour papa ! T’as passé une bonne journée ?

– Oui, une journée parfaite, merci ! Et toi ?

– Parfaite aussi ! Tu sais, j’ai été invité(e) à une soirée !

– Ah ?

– Oui, c’est C., qui est dans ma classe, qui l’organise samedi soir. Tu sais, il habite la rue aux fleurs, juste à côté. C’est à 4 minutes à pied.

– Mmmh, j’entends une demande derrière tout ça.

– Et bien, je ne sais pas encore… J’ai un peu peur d’y aller à vrai dire. Je n’ai pas l’habitude des soirées où l’on danse.

– Je sens ton hésitation. Et ta joie aussi !

– Oui !

– Tu sais, lorsque tu me demande de sortir, comme ça, un samedi soir avec tes copains, je partage ta joie, et en même temps, je me sens véritablement inquiet.

– Tu te sens inquiet ?

– Oui, car j’entends et je vois des choses à propos des soirées du samedi soir. Des histoires de drogue, ou de jeunes alcoolisés à qui l’on fait subir toutes sortes de choses, lorsqu’ils ne tombent pas en coma éthylique. Et je ne peux pas m’empêcher de te voir au milieu de tout ça. Et d’imaginer le pire. Et en même temps, il faut bien « expérimenter ».

– Peut-être que je pourrais y aller, sans rentrer tard ? Et on pourra même finir la soirée en regardant ensemble Ushuaïa. Et puis je ne me vois pas aller là-bas sans te donner l’adresse exacte et le numéro de téléphone ?

– Je me sens rassuré. Et en joie de ne pas rater un Ushuaïa avec toi. Tu as mon accord, donc…

– Je rentrerai à 22 h au plus tard! Et plus tôt si vraiment je m’ennuie…

– Tu ne veux pas jouer un peu de violon pendant que je me douche ? J’aime tellement t’entendre…

°° Ou encore ainsi…

« – Bonjour papa ! T’as passé une bonne journée ?

– Très bonne, merci ! T’es déjà rentré(e) ?

– Oui, je voulais bosser un peu le violon, et puis j’ai des devoirs.

– Ok

– Tu sais, j’ai été invité(e) à une soirée samedi soir ?

– Ah, très bien ! Et tu y vas ?

– Heu… je ne sais pas trop, peut être.

– Ok, comme tu le sens. Je vais me doucher, là.

– Papa, je t’ai dit que j’avais participé à un concours de BD ?

– Oui, tu me l’as dit la semaine dernière… Je suis vraiment épuisé. On pourra papoter en dînant. Je baisserai le son de la TV si tu veux. Là j’ai besoin de me détendre.

– Je peux jouer du violon ?

– Oui, vas-y.

Tu as bien noté tes ressentis ? Alors rendez-vous en 9)

5) Mes échanges avec maman …

Tu es arrivé là. Cela signifie que tu oses la confrontation. Ou que t’es joueur. Ou que t’es déjà allé en 8) et que t’es curieux. Donc maintenant, lis chacun des dialogues tels qu’ils pourraient se dérouler. Il y plusieurs propositions. Tu n’es pas obligé de t’en référer à des modèles connus/vécus. En revanche, note (en vrai ou dans ta tête, personne ne vérifiera) comment tu te sens à la fin de chacun de ces échanges. Note toutes tes émotions, tous tes ressentis…

°° Se déroulent ainsi…

«- Bonjour maman ! Çà va ?

– Oui pourquoi ça n’irait pas ?

– Je ne sais pas, c’est une interrogation de politesse… Je vais faire mon devoir de maths.

– Attends, puisque t’es là, on peut parler un peu, nan ? Ça n’a pas l’air d’aller je trouve.

– Heu si ?… Oui ? Qu’est ce qu’il y a ?

– T’as eu des contrôles aujourd’hui ?

– Non.

– Les résultats de celui que t’avais fait en SVT la semaine dernière ?

– Je n’ai pas SVT le lundi.

– T’as fait tes devoirs ?

– Je viens de te dire que j’allais monter faire mon devoir de maths, putain t’écoute rien, quoi.

– Nan mais comment tu me parles, là !? Tu me dois le respect ! Je suis ta mère !

– Pardon. En fait t’as raison, ça va pas…

– Me dis pas que t’as encore été interrogé par ton prof d’histoire géo, et que tu t’es encore tapé un 0 ?

– Si…

– Enfin mais merde ! On en a parlé hier ! C’est pas comme si tu savais pas ! Tu foires vraiment tout hein !

– Toutes façons j’m’en tapes. Je monte faire mon devoir de maths.

– Ouais bah t’as intérêt. Je viendrai regarder si t’as bossé.

– Nan tu rentres pas dans ma chambre.

– Comment ça je ne rentre pas dans ta chambre ? Tu rêves là, c’est chez moi ici. Je rentre dans toutes les pièces que je veux.

– Mais putain j’veux pas que tu rentres dans ma chambre ! Maintenant laisse-moi je vais bosser !

– C’est qui que tu traites de putain, là ? Dépêche-toi de monter dans ta chambre ! Sinon je te punis de sortie samedi soir.

– Ouais c’est ça ouais… Je fuguerai.

– C’est ce qu’on verra…

°°Ou bien…

« – Salut maman !

– Bonjour, t’as passé une bonne journée ?

– Oui, merci.

– Attends approche un peu… T’as les yeux vraiment rouges, là. Tu viens de fumer un joint ?

– …

– Ce n’est pas en fumant des joints que t’arriveras à remonter ta moyenne, tu sais…

– …

– Moi aussi, j’ai fumé des joints. Et je peux te dire que ça rend flemmard. Et les études scientifiques montrent que ça endommage le cerveau. C’est pas une « drogue douce »… C’est pour ça que ça va pas à l’école. Tu as des capacités. On est une famille cultivée. On t’offre tout ce que tu veux en terme d’accompagnement à la scolarité (d’ailleurs n’oublie pas ton cours de maths mercredi après-midi). Toi tu foires tout en fumant des joints.

– Quoi je foire tout ? Pourquoi tu dis ça ?

– Tu foires tout parce que t’as pas assez de volonté. Il faut de la volonté dans la vie. Sinon t’arriveras à rien. Les chouettes événements, les chouettes choses ne viennent pas à toi, comme ça, sans effort. Et là le haschish te prive de tes efforts.

– C’est bon, j’ai déjà eu des cours de préventions en classe.

– Ouais bah ça n’a pas l’air de fonctionner, alors autant que je te le rappelle. Tu sais, c’est pour ton bien. Tu es mon enfant. Je t’aime de tout mon cœur. Et je veux te voir réussir dans la vie. Là t’es sur une mauvaise pente, et je suis ta mère, je suis là pour te dire de changer de chemin.

– Tu m’aimes vraiment ?

– Oui, bien-sûr !

– Écoute, il s’est encore passé un truc en histoire géo…

– Pfffff je ne veux pas en entendre d’avantage. Tu me fatigues. On se démène pour toi, et tu fais tout capoter. Que va-t-il se passer si tu redoubles et que ça ne va pas mieux l’année prochaine ? Bah t’iras dans une filière professionnelle ou pire, en apprentissage. Tu serais alors le(a) seul(e) de la famille à ne pas faire des études supérieures. Un peu la honte, en fait.

– Mais avec une filière professionnelle, j’aurai sûrement plus de chance d’avoir un taf qu’avec une maîtrise en histoire de l’art, hein…

– Avec un salaire de misère. Dans la vie, il faut toujours viser plus haut, plus grand. Sinon tu tombes plus bas que ce que tu crois… Faut te trouver des objectifs plus grands…

– Ouais, c’est ça… Je vais faire mon devoir de maths. J’me roule d’abord un joint.

– Quoi ??!!!

– Nan rien.

°°° Ou ainsi…

«- Bonjour maman ! Je voulais te dire… J’ai encore eu un 0 en histoire aujourd’hui.

– Bah que veux-tu que je te réponde ? Que c’est pas bien ?

– Euh… je sais pas…

– Tu te gères, hein… C’est toi qui prépare ton avenir. Qui fait tes choix.

– J’ai une soirée samedi soir.

– Oui je sais. Moi j’invite Corine et Martial à dîner.

– Je monte faire mon devoir de maths.

– A quelle heure veux-tu manger ?

°°° Ou encore…

« – Bonjour maman ! Il faut que je te dise quelque chose.

– Oui, peux-tu juste, s’il te plaît, attendre que j’enlève mon manteau et mes chaussures…

– …

– Je suis toute ouïe. Que se passe-t-il ?

– Et bien j’ai été interrogé(e) en histoire ce matin. Je ne connaissais pas ma leçon. Et j’ai eu 0.

– Comment te sens-tu ?

– Je ne sais pas trop. En même temps, je me dis que c’est foutu, car je sais que je redouble à la fin de cette d’année. Et en même temps, je me sens humilié(e).

– Oui, tu as des émotions contraires…

– C’est ça. Tu sais, j’aimerais tellement que cet échec scolaire me soit profitable l’année prochaine !

– Je comprends…

– Et puis je crois que je fume trop.

– On en a déjà parlé je crois.

– Oui… J’ai envie de pleurer… Je me sens nul(le)

– Tu n’as pas trouvé en toi les ressources… Qu’attends-tu de moi ?

– J’sais pas…

– Je suis ta maman. Qu’attends-tu de moi ?

– J’aimerais, je crois, que tu surveilles d’avantage mes devoirs. Que tu prennes le temps de me faire réciter mes leçons. C’est plus facile à deux que tout seul. Et papa rentre très tard.

– Ah oui ? Je pensais bien faire en favorisant ton autonomie… Je dois reconnaître me tromper alors.

– Nan mais c’est pas ça. Je me sens autonome et responsable sur plein de trucs. Tu sais, j’aimerais faire un bac littéraire. Mes notes ne sont pas pourries en français. J’aimerais faire des langues. Voyager à l’étranger.

– Et bien ! J’entends que tu as des objectifs !

– Oui ! Oui !

– Est-ce que je peux te donner un petit conseil de sage…

– Je t’écoute maman…

– Si tu t’accroches à tes objectifs les plus élevés, tu pourras, j’en suis sûre, soulever des montagnes…

– Si je m’accroche à mes objectifs… Tu sais, je crois que je n’avais pas réalisé avant tout de suite que je voulais vraiment étudier les langues étrangères.

– Ton échec en histoire-géo te permets d’avoir de belles prises de conscience alors !

– … Je monte faire mon devoir de maths. Tu viendras le regarder quand j’aurai terminé ?

– Si tu veux ! Appelle-moi quand t’as terminé.

Tu as bien noté tes ressentis ? Alors rendez-vous en 9)

6) Persuader papa et maman…

Tu es arrivé là. Cela signifie que tu oses la confrontation. Ou que t’es joueur. Ou que t’es déjà allé en 8) et que t’es curieux. Donc maintenant, lis chacun des dialogues tels qu’ils pourraient se dérouler. Il y plusieurs propositions. Tu n’es pas obligé de t’en référer à des modèles connus/vécus. En revanche, note (en vrai ou dans ta tête, personne ne vérifiera) comment tu te sens à la fin de chacun de ces échanges. Note toutes tes émotions, tous tes ressentis…

°° – Bonjour papa…

– Salut ! T’as passé une bonne journée ?

– Oui, ça va.

– J’aimerais te demander un truc, par rapport à ma soirée.

– Oui qu’y a-t-il ?

– Et bien… Pourriez-vous ne rentrer que le dimanche soir ?

– On en a déjà parlé. Pas question. Déjà, on est bien sympas de te laisser la maison pour inviter tes 4 amis. Tu m’as bien dit 4, n’est-ce-pas ? Tu m’as parlé d’une soirée pyjama ?

– Heu… oui. Oui, c’est ça.

– Ok. On ne va pas s’empêcher de vivre pour toi. On dort chez ta tante, et on revient en fin de matinée.

– Oui, mais si…

– Mais si quoi ? Il n’y a pas de mais. Tu ne te rends pas compte de la chance que tu as. Peu de parents laissent la maison à leur ado de 15 ans pour une nuit entière. On a décidé de te faire confiance avec ta mère… Pyjama party, histoires de fantômes, partages de confidences, et au lit…

– En fait, je me disais que tu pourrais peut-être emmener maman au château de Dulauch la journée de dimanche. Elle m’a dit qu’elle voulait le voir depuis longtemps. Il paraît qu’il y a une expo de Land-Art en ce moment.

– Ah ? Et bien je vais y réfléchir… C’est quoi le lainedarte ?

– Tu sais, c’est des artistes qui fabriquent des œuvres d’art avec des matériaux issus de la nature. Des œuvres d’art éphémère.

– Alors ça pourrait être pas mal… Bon d’accord. Ne le dis pas à ta mère, je vais lui faire une surprise.

°°° Ou bien…

– Papa, j’aimerais te demander un service ?

– Tu pourrais peut être me dire bonjour avant ?

– Pardon. Bonjour.

– Que veux-tu encore ?

– C’est à propos de ma soirée de samedi.

– Ta Boum ?

– Oui. Appelle ça comme tu veux. J’aimerais être sûr(e) que tout soit bien nettoyé avant que vous ne rentriez dimanche, et ça va faire court si vous revenez dans la matinée.

– Je pense que la matinée est largement suffisante pour le ménage d’une boum. T’auras qu’à te lever tôt.

– Nan mais, je…

– Attends, ne me dis pas que tu vas faire la grasse matinée en plus… C’est déjà bien de te laisser toute la nuit ! Tu te rends compte ? Peu de parents offrent ça à leur gamin. Prends tes responsabilités.

– Justement, je…

– As tu prévu une heure de fin ? J’espère… Vous n’avez que 15 ans. T’imagines ce que les parents pourraient penser de nous si tu ne donnes pas d’horaire de fin ?

– En fait…

– As-tu invité beaucoup de monde ? Peut être qu’il y en a quelques uns qui resteront passer la nuit, ainsi ils t’aideront pour le ménage.

– Oui, il y a sûrement B. et peut être d’autres.

– Quoi, je te sens un peu fâché(e) là ?

– Et bien tu ne me laisses pas en placer une !

– Hou lala baisse d’un ton s’il te plaît… Tout peut encore s’annuler. C’est pas parce que ça va pas à l’école que tu dois me prendre la tête.

– Mais ça va bien en cours…

– Mouais… Quand tu n’auras plus aucune note en-dessous de 14 tu pourras me dire ça. Parce que tu crois que tu vas gagner de l’argent en faisant des expos ?

– Ok papa, tout sera propre dimanche en fin de matinée…

°° Ou encore

« – Bonjour papa, j’aimerais te demander un service…

– Lorsque je rentre du travail et que tu me sautes dessus comme-ça, je me sens légèrement irrité…

– Oups pardon…

– Comment s’est passée ta journée ?

– Très bien, merci… On n’a pas encore eu les résultats de SVT, mais j’ai confiance.

– Ok… De nouvelles idées de peintures ?

– J’en ai plein en tête ! J’ai fait plusieurs croquis, je pourrai te montrer si tu veux…

– Oui ! Alors j’ai d’abord besoin d’arriver et de me poser, et puis je me sentirai plus en phase ensuite…

– Par contre, j’ai une demande à vous faire, à toi et maman.

– Je ne peux pas parler au nom de ta mère, mais essaie toujours. Laisse-moi juste retirer mes chaussures et m’installer dans le fauteuil…

– …

– Alors, dis-moi ?

– C’est à propos de dimanche.

– De dimanche ou de samedi soir ?

– Les deux en fait…

– Si vous rentrez tôt dimanche, j’ai peur de ne pas avoir le temps de vous rendre une maison parfaitement nettoyée et rangée. J’aimerais vraiment que ce soit « comme si de rien n’était »…

– Oui continue…

– Et en même temps, je n’ai pas envie de me lever aux aurores dimanche matin.

– J’entends ta demande. Tu voudrais que l’on ne rentre que dans l’après-midi.

– Oui. Enfin le plus tard possible.

– Je comprends. Mais ce n’est pas le contrat qui a été passé.

– C’est vrai.

– Nous allons chez ta tante pour la nuit, elle ne peut nous accueillir davantage. Et surtout, nous aimerions profiter de notre dimanche à la maison. Et avec toi…

– Je ne sais pas quoi répondre.

– Çà te tient à cœur de nous rendre une maison parfaitement propre. Et en même temps, j’imagine que tu voudrais te reposer dimanche matin… et éviter la corvée au réveil.

– C’est un peu ça en effet…

– Tes arguments sont parfaits. Mais par respect pour moi, pour ta mère, pour nous tous, je ne peux pas répondre oui.

– Vous serez là dimanche après-midi alors…

– Nous rentrerons pour le déjeuner. Ne t’inquiète pas, nous amènerons une pizza. Rien à préparer.

– Est-ce que je peux inviter quelques amis à rester dormir, alors… Ainsi nous irons plus vite à faire le ménage…

– Voilà une solution qui me paraît tout à fait possible.

Tu as bien noté tes ressentis ? Alors rendez-vous en 9)

7) Me voilà face à maman…

Tu es arrivé là. Cela signifie que tu oses la confrontation. Ou que t’es joueur. Ou que t’es déjà allé en 8) et que t’es curieux. Donc maintenant, lis chacun des dialogues tels qu’ils pourraient se dérouler. Il y plusieurs propositions. Tu n’es pas obligé de t’en référer à des modèles connus/vécus. En revanche, note (en vrai ou dans ta tête, personne ne vérifiera) comment tu te sens à la fin de chacun de ces échanges. Note toutes tes émotions, tous tes ressentis…

°° Et c’est ainsi que…

« – Bonsoir, m’man !

– Salut ! T’as passé une bonne journée ?

– Oui, un peu speed, mais ça va.

– Pourquoi speed ? Tu m’as l’air sacrément angoissée… Tu veux me dire ce qui te tracace ?

– Euh je sais pas trop, là…

– Tu sais, tu peux tout me raconter, je suis ta mère… Je te connais comme si je t’avais fait(e). Je sens que tu vas mal. Dis-moi. Je suis sûre que je peux tout arranger.

– C’est à dire, que…

– Tu as eu les résultats de SVT et t’as loupé, c’est ça ?

– Non, non… Le prof rend les copies la semaine prochaine

– T’as été interrogé par Emorane et tu ne savais rien ?

– Non. Enfin si, j’avais appris ma leçon, mais il ne m’a pas interrogé.

– Ah, c’est dommage, ça fait remonter la moyenne…

– Oui, tu as raison.

– Bon, dis-moi donc ! J’en ai un peu marre de jouer aux devinettes ?

– C’est à propos de la compèt’.

– Celle de dimanche ?

– Oui, c’est ça.

– OOOhh nan me dis pas que je dois vous emmener ! J’ai invité ton oncle et ta tante pour laisser C. faire sa soirée. Je ne me sens pas de t’emmener en plus à Pegreville…

– Bah… nan laisse tomber.

– Oui, j’aime mieux ça.

°° Ou bien…

« – Maman, bonjour ! Peux-tu m’emmener dimanche à Pégreville ?

– Quoi pour ta compèt’ ?

– Oui c’est ça.

– Tu sais j’avais plutôt prévu autre chose pour dimanche.

– Oh maman, s’il te plaît, s’il te plaît ?

– Bon, si tu veux. Pour quelle heure ?

– Il faut y être à 9h.

– Je ne suis pas obligée de rester au moins ?

– Nan, ça ira.

– Ta journée s’est bien passée ?

– oui oui… »

°° Ou encore…

« – Bonjour maman ! J’aurais un service à te demander…

– Je suis fatiguée, là… Permets-moi d’arriver s’il te plaît.

– …

– Ok, je t’écoute.

– Les parents de Manon ne peuvent plus nous emmener à Pegreville dimanche. Il s’agit d’une compétition régionale importante. J’aimerais que tu puisses nous y emmener.

– J’entends que c’est important pour toi d’aller à cette compétition… Le problème est que j’ai vraiment prévu autre chose dimanche.

– Tu ne seras pas obligée de rester. Nous prendrons les transports pour rentrer.

– C’est pour quelle heure ?

– Pour 9h…

– Tu as une compétition mercredi aussi, n’est-ce-pas ?

– Oui, mais ce n’est pas pareil.

– Tant qu’à t’accompagner, je pourrai peut être rester un peu… Je ne t’ai pas vu depuis 2 mois… Tu as dû progresser.

– Oh ça me ferait plaisir !

– Mais je repartirai vers midi… Je n’ai pas envie de rester la journée entière. Et vous rentrerez en transports. J’ai besoin de repos.

– Ok, on fait ça ! »

Tu as bien noté tes ressentis ? Alors rendez-vous en 9)

8) Je ne serai pas à l’origine d’un nouveau conflit…

Oui, c’est la meilleure solution de me taire… Ainsi, je ne crée aucun conflit. J’ai déjà bien assez à faire avec les conflits à l’intérieur de ma tête, si en plus je dois gérer les conflits avec mes parents… C’est mieux de s’écraser. J’entends cette petite voix dans ma tête qui me dit que quand-même, je peux toujours tenter de parler. Nan, à quoi bon… Tout est mieux ainsi.

Oh puis j’ai pas envie de le faire maintenant, ce devoir de maths. Je le ferai demain.

9) Maintenant, tu es un adulte.

Ton Toi-à-15-ans existe encore, au fond de tes tripes… Tu te rappelles que « c’est pas facile d’avoir 15 ans ». Tu es un adulte, et tu es peut-être même devenu parent, prof, éduc, animateur, assistant social, CPE, AMP, pédopsychiatre, tonton, tata, parrain, marraine…

Quel espace offres-tu au jeune en face de toi ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s