La pédagogie MONTESSORI, fille de l’éducation spécialisée…

 montessori portrait04

C’est aujourd’hui une proposition pédagogique très à la mode dans les milieux alternatifs aisés (les coûts varient entre 5000 et 8500 euros par an et par enfant pour scolariser dans une des écoles « officielles » AMI, Association Montessori Internationale)…

montessori portrait01

Elle est connue dans les milieux de l’enseignement : certains professeurs des écoles l’appliquent, et pas seulement en Maternelle…

Elle est connue des parents. Elle commence à entrer dans « le grands publics » avec une multiplicité d’ouvrages, de sites internet, de blogs, mais aussi des jeux d’éveil pour la maison, à faire soi-même, ou à acheter-en-matériaux-bio-écolos. D’année en année, depuis 3 – 4 ans, les rayons des librairies se gonflent presque à vue d’œil.

Mais la pédagogie MONTESSORI est avant tout une fille de l’éducation spécialisée… Enfin telle qu’elle existait au début du XX ème siècle.

En effet…

Une naissance en psychiatrie infantile…

Alors qu’elle vient d’obtenir son doctorat en médecine – elle est par ailleurs la première femme italienne à obtenir ce titre prestigieux – Maria MONTESSORI s’indigne face au sort des enfants de la clinique psychiatrique de l’Université de Rome. Ils sont entassés dans de grandes salles communes, sans aucune distinction de pathologie, étiquetés « idiots », privés de soin… C’est dans cet environnement qu’elle construit son idéologie, son éthique, sa philosophie qui resteront pour toujours en filigrane dans la construction de sa méthode éducative. Il faut transformer le regard porté sur l’enfance. Il faut que chaque être humain soit reconnu, respecté, quel que soit son âge, son statut social, ses caractéristiques physiques ou cognitives. Il faut combattre tous les préjugés.

L’expérience de la déficience intellectuelle

En 1898, Maria MONTESSORI est chargée d’un cours sur l’éducation des enfants « arriérés » à l’école orthophrénique*, et elle enseigne elle-même à des enfants avec des troubles de l’efficience intellectuelle. Elle prend conscience de l’inefficacité des méthodes traditionnelles. Elle commence à concevoir de nouvelles attitudes pédagogiques. Et commence à entrevoir la transposition de ces nouvelles attitudes pédagogiques dans l’enseignement « classique ».

Ses référents idéologiques : des médecins pédagogues s’occupant d’enfants aux besoins spéciaux…

Lors d’un voyage à Londres et à Paris en 1901, elle prend connaissance des travaux de Jean ITARD et Edouard SEGUIN.

ITARDJean ITARD (1774-1838) est médecin, directeur de l’institution des sourds-muets de la rue Saint-Jacques à Paris, membre de la Société des Observateurs de l’Homme étudiant entre autres l’influence entre le développement des enfants et le milieu, surtout connu pour ses travaux sur l’éducation de Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron

SEGUINEdouard SEGUIN (1812- 1880) est médecin, chirurgien, et pédagogue. Il a ouvert en 1839 une école destinée aux attardés mentaux. Cette école est fondée sur l‘hypothèse avant-gardiste que les « idiots » n’étaient pas malades, mais qu’ils avaient été atteints d’un arrêt du développement des facultés mental avant, pendant ou après la naissance. Il a créé un traitement proposant un entraînement sensori-moteur qui permettait aux patients d’atteindre une véritable insertion sociale.

La création de La Casa dei Bambini au cœur d’un quartier populaire

En janvier 1907, Maria MONTESSORI est invitée par l’organisme social Instituto Romano dei Beni Stabili à ouvrir une école pour les enfants des rues du quartier de San Lorenzo à Rome. A cette époque, 30 000 habitants vivent dans ce quartier, dans les pires conditions d’hygiène et de promiscuité. Le but pour Maria MONTESSORI est à la fois social et pédagogique

montessori portrait09
La Casa Dei Bambini, le jour de l’inauguration

En effet, outre des apprentissages scolaires, la Maison propose de procurer aux ouvriers une vie meilleure sur le plan de l’hygiène et de l’harmonie familiale et sociale. La voie passe par les enfants qui pouvaient y rester toute la journée. L’éducatrice avait l’obligation d’y résider pour mieux coopérer à la tâche commune avec les parents, l’éducation des enfants. Les parents pouvaient donc être accueillis à tout moment et assister au travail des enfants.

L’école est aménagé comme une maison pour un meilleur accueil des enfants âgés de 3 à 7 ans. Tout l’environnement est alors conçu et adapté pour les enfants. Du mobilier à leur taille, des objets variés à leur disposition, la liberté de choisir les activités… De la rue vers un temps scolaire… La communauté y parvient, elle se calme, s’ordonne, découvre la joie d’apprendre.montessori portrait08

La pédagogie et le système de pensée de Maria MONTESSORI se sont répandus dans le monde entier. Malheureusement, force est de constater que Maria MONTESSORI est trop peu connue dans le milieu de l’éducation spécialisée. Ou bien les travailleurs sociaux en ont une très vague idée qu’ils collent à écoles-privées-et-chères.

Et pourtant…

Et pourtant nous pourrions trouver là une porte toute en or et en argent, pour décloisonner éducation et enseignement. Et mieux, pour décloisonner éducation spécialisée et éducation ordinaire…


*L’orthophrénie est l’éducation ou la rééducation de sujets atteints de troubles mentaux « améliorables »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s